Monday, 21 January 2013

The psychology of light legs

External non-running life events can have an impressive effect on the state of your legs. Especially when it comes to your own kids.

Take this weekend for example: A scary incident, a mid-night trip to the hospital on a Saturday night, a bunch of scans and checks, the all-clear thumbs up the following morning, back home... and that evening's Sunday night sun-set running was totally effortless, flying over the trails... 


L'état de des jambes n'est pas forcément déterminé par la forme physique, mais aussi par le mentale. Par exemple, des bonnes nouvelles après des chocs ou des frayeurs et tu es heureux. Quand tu es heureux tu voles sur les sentiers.

Ce weekend par exemple : un petit séjour à l'hôpital au milieu de la nuit pour mon fils. Des radios. Des tests. Un bilan positif. De retour à la maison, ce dimanche soir sous le coucher du soleil - une sortie d'entrainement absolument sans effort.



No comments:

Post a Comment