Sunday, 23 September 2012

Beautiful Island in the Sea, La Belle Île en Trail

Belle Île en Mer. - La finale du Challenge Salomon Endurance.



Oui, d'habitude je suis plus quelqu'un qui s'interesse à la montagne. A priori, je cherche les parcours les plus techniques, ceux qui montent haut et ceux qui te font ensuite tomber sur des milliers de mètres. C'est ça qui me fait plaisir ! Mais là, hier, j'étais venu sur cette petite île de l'océan atlantique, pour boucler le Challenge et pour découvrir autre chose. Un tour de l'ile sur le GR. Certes, pas de montagne, mais il y avait suffisamment de "technicité", en tant que roches, racines,.. pour ralentir les choses et pour le rendre plus intéressant. Et non, pas une seule longue montée sur le profile, mais le cumulé de 2000m, sous la forme de cent fois 20m (j'ai pas compté, mais ça a dû être quelque chose de cet ordre...) faisait en sorte à ce que ce parcours n'était pas plat non plus ! On pourrait très bien être sur une des iles des Outer Hebredis (au nord ouest de l'écosse), je me disais lorsqu'on naviguait les falaises. En dessous des plages cachées, entourées de rochers raides et aigus, mais avec une moquette de sable parfaite. Comme sur Lewis ou Orkney. Ce sont parmi les plages les plus jolies du monde. Et vide. Jamais visitées, car apparemment, comme sur les iles au nord de l'écosse, il ne fait pas souvent très beau.... Et ce fait là, je peux le confirmer. On est arrivé vendredi soir en pleine tempête de pluie !



Samedi matin par contre, après trois quarts d'heure à la frontale, un cercle rouge s'est levé au fond de la plage. Nous allions être reçus par des conditions parfaites pour cette course de boucle touristique. Et comme d'hab, c'est parti un peu trop vite. Une allure s'est installée et un groupe de six en tête s'est formé, sauf que cette allure là n'allait pas tenir jusqu'au bout. C'était sympa quand même d'avaler ces sentiers, les virages constants et la succession infinie de petites bosses, à une vitesse raisonnable. C'est toujours plus amusant de se déplacer en vitesse. C'est dans la nature humaine de chercher ce plaisir là ! Sauf qu'au bout d'un certain nombre de kms le corps et surtout les jambes, risque de dire stop ! Et là il faut ignorer ! Je me suis retrouvé en tête avec le bolide "local", Christophe Malardé, jusqu'à peu près le 35ème km. Il s'est arrêté plus longtemps au ravitaillo, et plus tard il a été forcé à l'abandon au cause d'une douleur au genou. Dommage car il allait super bien. Du coup, 50km tout seul sur la plage. Il y avait des moments où je me disais qu'un peu de musique ne ferait pas de mal ! Sept heures de course, et la plupart tout seul, c'est long quand même. Heureusement le cote était sympa à voir et les kilomètres ont défilés relativement vite au final.


Super content de remporter cette course et surtout de boucler le Challenge Salomon-Endurance. C'était un des objectifs que je m'étais fixé en début d'année. Une bonne façon de m'intégrer en France et de découvrir son monde de trails à la française. En 2012, je l'ai découvert, et c'est pas mal !


Pour la suite de la saison. Deux courses en Octobre, la première pour boucler une autre série, celle des Trails de Provence, et finalement une course vers Millau, une qui est assez connue (!) et qui cette année me permettra de terminer (en espérant que je termine bien la course !) la série de Sky UltraMarathons. (Oui, les Templiers est une Sky Race..) Puis après, c'est l'hiver je crois. Mais il y a encore des trails en hiver n'est pas...

Crédits photos YaNoo.Net


Resultats - Hommes
1 Andy Symonds, team Salomon, 6:39:28.
2 Jérôme Lucas, team Opel Côtes d’Armor, 7:17:50.
3 Thibaut Baronian, team espoir Salomon, 7:22:26.

Les top 5 classement final National Trail Running Cup
1 Andy Symonds, team Salomon, 5250 pts.
2 Guillaume Beauxis, team espoir Salomon, 4640 pts.
3 Maxime Durand, team Inov 8, 4500 pts.
4 Thibaut Baronian, team espoir Salomon, 4330 pts.
5 Sébastien Buffard, team Brooks, 3600 pts.

Interview - après-course

4 comments:

  1. belle victoire et super chrono!!! Félicitation!!

    ReplyDelete
  2. Well done, Andy ! There's no stopping you !!

    ReplyDelete
  3. Encore bravo Andy, attention cependant, le bolide local s'appelle Christophe Malardé, et non pas Christophe Malade :-)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Oups ! Bien vu ! C'est corrigé (avant qu'il le voire!)

      Delete